Black Children

Lun 13 avril 2015
Index Lectures Photo Atlanta 2005

En 2005 lors de mon semestre passé à Atlanta je lis Dans la peau d’un noir. Le livre reprend ce que je réalise alors sur place : le sort indigne réservé aux noirs avant la lutte pour les droits civiques et l’importance d’Atlanta dans cette lutte. La ségrégation je connaissais peut-être. Mais de loin, de très loin.

Folio Dans la peau d'un noir

La couverture de l’édition Folio est une photo de Leonard Freed. Sa plus célèbre est sans doute celle de Martin Luther King dans une décapotable, joyeux salué par une foule joyeuse alors qu’il vient de recevoir le prix Nobel de la paix. Le photographe est connu pour son travail tout au long des années 60 sur la lutte des Noirs américains.

Baltimore, 31 octobre 1964

Folio a choisi une photo prise à New York, à Harlem, en 1963. Loin de l’action sudiste du livre, mais tout de même presque contemporaine. Je m’informe sur l’image et son auteur. Je vois ainsi qu’il a effectué un reportage intitulé Death of Black Children In Atlanta. Le titre m’intrigue, parce qu’évidemment : Atlanta. Je cherche les photos sur le net, en vain. Je trouve quand même quelques informations sur le sujet. Ébahi.

Entre juillet 1979 et mai 1981, 29 enfants noirs sont assassinés à Atlanta. La police locale n’est pas efficace (ce ne sont que des noirs après tout). Le FBI est saisi de l’affaire mi-1980 et arrête un suspect, Wayne Williams en juin 1981. En 1982, Wayne Williams est reconnu coupable du meurtre de 2 adultes, condamné à perpétuité. Ce dernier crie à un coup monté : la police locale cacherait des preuves d’une implication du Klu Klux Klan, et voudrait ainsi éviter une guerre raciale. Il n’empêche, les assassinats cessent.

Aucun grand film (par le budget ou la qualité) ne s’est attaqué à l’affaire. On liste une mini série produite par CBS, et un téléfilm avec James Belushi.

La grande œuvre semble être le livre de Toni Cade Bambara, Ce cadavre n’est pas mon enfant. Ou littéralement, Ces os ne sont pas mon enfant (Those Bones Are Not My Child). L’auteure étant morte en 1995, c’est la prix Nobel de littérature Toni Morrison qui se bat pour publier le roman en 1999. Christian Bourgois publie la traduction française en 2002.

Ce cadavre n'est pas mon enfant

La photo de couverture n’est pas de Leonard Freed, mais d’un autre grand photographe de l’agence Magnum, Bruce Davidson. Bizarrement la photo est prise à New York vers 1968, non pas à Atlanta vers 1980.

Leonard Freed meurt en 2006. En 2015, le High Museum d’Atlanta lui consacre une exposition, présentant son classique Black in White America.

On n’y verra toujours pas Death of Black Children In Atlanta. Peut-être quelques reproductions sont-elles visibles dans Leonard Freed 1954-1990.

Leonard Freed 1954 1990